Aérodrome – Démarche n°13586 du 07/10/2020

Nom – Prénom
Timothée Foucault
E-mail
tim.foucault@free.fr
Notifiez la date de la commission sur laquelle vous souhaitez réagir
12/10/2020
Je souhaite poser une question à traiter lors de la prochaine commission opérationnelle
Bonjour,
– Depuis le déconfinement, la fréquentation de l’aérodrome d’Albertville n’a fait qu’augmenter : les jours de beau temps (où les riverains essaient de profiter du calme en extérieur), il n’est pas rare qu’entre les avions et les hélicoptères faisant des tours de piste pendant des heures et le trafic aérien passant par le col de Tamié vers Chambéry, il ne s’écoule pas une minute sans que nous subissions les bruits de moteur des aéronefs, de 9h du matin jusqu’à 30 min après le coucher du soleil.
– Les instructions de la carte VAC ne sont pas respectées : en effet les week-end il est très fréquent d’avoir jusqu’à quatre (!) aéronefs faisant simultanément des tours de piste (interdits pour les non basés par exemple l’immatriculation FHCEN et « à éviter » pour les basés), un petit hélicoptère noir dont je n’ai pu relever l’immatriculation arrive régulièrement du col de Tamié en milieu de matinée (semaine et week end), fait à grands fracas des dizaines de tours de pistes puis repart par le col de Tamié dans l’après midi, l’avion de XXailes (reconnaissable par sa sérigraphie en forme de montagnes bleues) commence ses tours de piste à 13 h 30 au lieu de 14 h00… L’aérodrome est donc une zone de non droit aéronautique ? Les pratiquants chassés des autres aérodromes se réfugient ils à Albertville où aucun contrôle n’est réalisé ?

Toutes ces nuisances 7/7 et toute la journée, engendrées par une dizaine de personnes « vivant leur passion » nuit au confort et au droit au calme (horaires pour les travaux bruyants) de la plupart des habitants des communes environnantes avec lesquelles j’ai pu échanger.

En ces temps de crise énergétique et climatique, de limitation de la pollution (atmosphérique et sonore) l’aviation de loisir a-t-elle une place ? Comment Arlysère compte-t-elle agir pour faire respecter les lois aéronautiques et limiter (voire faire cesser) ces nuisances produites par une minorité et qui impactent fortement la majorité des habitants du secteur ?

Pour rappel, un tour de piste c’est gaz à fond pour le décollage, survol à basse altitude des habitations, atterrissage, puis de nouveau gaz à fond, le cycle durant moins de 5 minutes, le tout dans une géographie valléenne qui résonne et amplifie les nuisances.

Cordialement,
Timothée Foucault

Il n'y a aucun agenda pour l'instant

Recevez nos dernières actualités !